Visiter la Corée du Sud en famille – Jeonju

Je vous emmène maintenant pour une série d’articles sur le Jeolla. C’est une province historique au sud-ouest de la Corée du Sud qui est aujourd’hui découpée en quatre provinces distinctes. Cela a beaucoup étonné notre amie sud-coréenne quand nous lui avons dit que nous souhaitions visiter cette région car elle ne fait pas partie du « tour touristique » classique de la Corée du Sud (on visite plutôt le sud-est).

Mais après avoir lu tout le Lonely Planet, on se sentait vraiment attirés par cette région. Tout d’abord par Jeonju considérée comme la « capitale gastronomique » (dans le Jeolla du Nord) puis ensuite par la côte et ses îles (dans le Jeolla du Sud). C’est ainsi qu’on a choisi Jeonju pour la première étape de la partie itinérante du voyage, surtout que c’est très facile de la rejoindre en transport depuis Séoul et que le trajet n’est pas très long.

Bon on a vite découvert que c’était une ville très touristique, la « faute » à son village traditionnel très bien préservé. Les prix des hébergements sont hallucinants, on a pu n’y passer qu’une seule nuit et en pleine semaine pour que ça rentre dans notre budget ! Et encore on a dépassé un peu (on a payé 93€ la nuit).  Il me paraissait intéressant de profiter d’être à Jeonju pour tenter le couchage en hanok, en maison traditionnelle. On a regardé la première adresse la moins chère proposée par le Michelin et ce fut un immense coup de coeur, j’ai tout de suite rêvé d’aller dormir là-bas. Dès que j’avais un petit coup de blues avant le voyage, je me repassais les photos du profil Booking de cette maison.

Il est donc très facile d’arriver à Jeonju depuis Séoul, il y a des trains toutes les heures et en deux heures de train, hop on y est. On peut en plus, si on est un peu matinaux, prendre le S Train, le train « touristique » pour rejoindre cette destination (le départ est à 7h54). Le village traditionnel est ensuite un peu éloigné de la gare donc nous avons pris un taxi pour le rejoindre. J’avais anticipé le problème du taxi en imprimant le nom et l’adresse de l’hébergement depuis la page coréenne de Booking. Le chauffeur a tapé directement l’adresse dans son GPS et hop c’était parti, pas de problème de compréhension 😉

 

La maison traditionelle coréenne

On a vécu une très belle expérience à Yangsajae. Bon déjà la maison est magnifique, même si elle ne fait pas partie officiellement du secteur sauvegardé. Mais ce n’est qu’à 5 minutes à pied, c’est vraiment un très bon plan, merci Mr Michelin.

Voici le bâtiment où nous étions logés, soit les deux portes en partant de la gauche. La plus à gauche est la chambre et à droite c’est plutôt un genre de salon (où nous avons couchés les enfants).

On était moyennement rassurés quand le gérant nous a demandé de mettre nos chaussures sous le petit auvent. Mais malgré la pluie pendant la nuit, nos chaussures étaient parfaitement sèches au matin, on a été bluffés !

Le gérant a eu à coeur de bien nous accueillir, il est toujours disponible et explique tout bien quand on arrive (on a juste pas réussi à comprendre comment régler le chauffage au sol, donc on a eu très chaud). Il y a des sanitaires modernes adossés à la maison, accessibles depuis la chambre, donc bon mis à part le couchage au sol et le fait qu’il n’y a pas de télé dans les chambres (ce qui a beaucoup choqué mon fils), ça reste vraiment très confortable. J’ai été assez étonnée qu’on soit les seuls occidentaux ce soir là, tous les autres hôtes étaient coréens ! Il y avait deux cartes postales offertes pour la location, qui ont été postées par le gérant.

Quand il nous a ouvert le logement, le gérant nous a expliqué comment installer les lits (à ce moment là mon fils était encore enthousiaste ^^).

 

Cette photo est une de mes préférées du voyage ! Ce fut donc le joyeux bazar le temps d’installer les lits après être revenus du restaurant. Le lit est composé d’une grosse couverture que l’on replie sur soi. Il y a un petit coussin pour la tête (Julien croyait que c’était une brique, c’est vrai que dans les livres pour enfants, c’est souvent dessiné comme une brique !).

Soyons honnêtes, ce ne fut pas la meilleure nuit de notre voyage. Le couchage au sol est extrêmement inconfortable, il n’y a pas de volets et les murs sont en papier de riz donc la chambre reste assez lumineuse (ce qui me gêne et gêne notre fils). Mais on est très heureux d’avoir vécu cette expérience, et d’autant plus avec les enfants.

En nous rendant au petit-déjeuner le lendemain matin, nous en avons profité pour nous approcher des jarres à fermentation. Oui d’ailleurs, comme je m’en doutais (mais mon mari était lui très relax), l’horaire du petit déjeuner est très important, 5 minutes avant la femme du gérant est venu taper à la porte pour que ne nous soyons pas en retard !!! Le petit déjeuner se prend dans une pièce à côté de la cuisine, avec tous les autres hôtes.

D’ailleurs ce petit déjeuner fut aussi une heureuse surprise. C’était un petit déjeuner traditionnel, entièrement salé, avec un magnifique et délicieux poisson à manger aux baguettes (la cuisson était évidemment parfaite donc il était très tendre et s’émiettait très facilement) ! Une fois l’effet de surprise passé, mon fils a mangé beaucoup de poisson et l’a trouvé délicieux. Une autre dame hébergée dans la hanok a donné aux enfants des petits yaourts à la fraise qu’elle avait achetés pour ses propres enfants, et je me suis dit qu’effectivement j’aurais aimé y avoir pensé car cela permet qu’ils aient au moins quelque chose de familier en commençant le petit-déjeuner, pour pouvoir explorer les saveurs plus coréennes ensuite (parce que bon mon fils était moyen heureux de voir un gros bol de soupe devant lui en arrivant XD).

Donc ce fut une expérience super intéressante et très coréenne, totalement adaptées aux familles, on recommande très chaudement !

Le village traditionnel

Une fois installés, on est allés visiter le village traditionnel. C’est un lieu très touristique, avec surtout des boutiques de produits traditionnels coréens. Il est cependant très bien « décoré », avec un petit ruisseau qui court le long de la rue et des aménagements au niveau plantes et arbres. Il ne faisait pas très beau le jour où nous y étions, mais je pense que le village doit avoir beaucoup plus de charme au mois de mai quand les cerisiers sont tous en fleurs.

Voici un plan du village traditionnel que j’ai trouvé assez parlant (il m’était vraiment difficile de me projeter dans les plans « à plat » des guides).

 

Comme nous n’avions pas prévu d’acheter des produits aussi tôt dans le voyage, nous nous sommes seulement promenés et en avoir profité pour chercher une géocache. Les coréens eux traversent le village dans des hanboks (habit traditionnel) (comme vous pouvez le voir sur cette photo prise de manière extrêmement discrète) et se prennent en photos. On trouve d’ailleurs plusieurs boutiques de location de hanbok.

 

Il ne faisait pas très beau, donc on s’est vite réfugiés dans le gros café au milieu du village pour manger un bingsu, une glace ENORME au Café Sulbing (c’est une chaîne donc on peut en trouver dans d’autres villes). On avait lu sur le blog « La Table de Diogène est ronde » une description de la glace à l’asiatique (en neige, comme de la poudreuse) qui nous avait mis l’eau à la bouche. On a pas été déçus, c’était absolument délicieux. Ma glace (en haut) était recouverte de sésame et celle de Julien de cacahuètes en poudre, au dessus une ration généreuse de pâte de haricots rouge (miam), des tranches de bananes et une noix de pécan. Par contre sachez que les coréens ne commandent qu’une seule glace pour deux personnes, nous on est donc passés pour des gros gloutons ^^

A proximité du sanctuaire de Gyeonggijeon nous avons trouvé ce petit stand à photo sympathique. Le sanctuaire avait l’air d’ailleurs intéressant (même si j’avais peur que ce soit un peu pareil que le palais royal de Séoul) mais malheureusement il ferme tôt et était déjà fermé quand nous sommes arrivés jusqu’à lui.

Une vue de Jeonju depuis la petite colline à proximité de notre hanok. A proximité du village traditionnel, se trouve la ville moderne.

Quand est-ce qu’on mange ?

Jeonju est donc la « capitale gastronomique » de la Corée du Sud. C’est parce qu’elle est le berceau du bibimbap, littéralement le « riz mélangé », le plat national. Comme les restaurants ferment tôt (21h), nous ne sommes pas retournés à la hanok mais sommes partis directement pour ce qui était selon le Michelin le meilleur restaurant de bibimbap de la ville. Celui-ci n’est en effet pas situé dans le village traditionnel mais dans la ville moderne. Heureusement que j’avais fait des repérages sur Google Maps avant de partir et que je m’étais marqué le nom en hangeul, car je crois que sinon on ne l’aurait pas trouvé. C’est une immense cantine à l’étage d’un immeuble.

Les banchan. On pourrait aussi légender cette photo par cette citation de Julien « je n’ai jamais mangé autant de plats qui piquent chacun d’une manière complètement différente » car il y avait même du piment dans la soupe ! L’omelette-soufflé ne piquait pas elle, ouf !

Gastronomie coréenne : un bibimbap, accompagné de makgeolli. Le bibimbap est présenté « bien rangé » et on le mélange juste avant de le manger.

Ce qu’on a mangé était juste impressionnant : le nombre de banchan et leur qualité étaient incomparables (surtout pour le tout petit prix), et la même chose pour le bibimbap. Le seul inconvénient, et de taille pour un repas en famille, c’est que tout était extrêmement pimenté. Nos enfants n’ont du coup pas mangé grand chose à part du riz et de l’omelette et je n’ai pas réussi à manger plus d’un quart de mon bibimbap car j’ai voulu le mélanger « à la coréenne ». Mon amie coréenne m’a dit depuis que j’aurais dû enlever la pâte de piment, avant de mélanger le plat (mais je n’ai pas osé). Je ne me lance pas dans une explication de la philosophie du bibimbap car La Table de Diogène est Ronde l’a déjà fait.

Atout cependant intéressant du restaurant, les toilettes pour femmes sont pourvue de la lunette de toilette asiatique typique (avec lunette chauffante et le petit jet d’eau pour se nettoyer). Il n’y a pas de lunette de toilette spatiale chez les hommes, Julien était très jaloux !

A cause de cette omniprésence du ou des piments, j’aurais du mal à le recommander pour un repas en famille. Nous n’avons d’ailleurs pas croisé de familles coréennes, seulement des enfants occidentaux. Ils sont très bien accueillis d’ailleurs, mais peut-être aurions-nous dû demander un plat rien que pour eux.

가족회관 (Gajokhoegwan) – « Restaurant familial »

Voici l’immeuble du restaurant (qui est dans un croisement parallèle à une grosse avenue, Google Maps le localise dans la rue en face sur la photo mais l’entrée est au croisement). La nuit l’enseigne dans le carré rouge est allumée, c’est comme ça que nous l’avons repéré (nous n’avions pas vu la grande photo d’un bibimbap au-dessus ^^’)

Mention spéciale au makgeolli, le vin de riz pétillant qui accompagne traditionellement le bibimbap (et qui permet de compenser le piment par sa douceur). C’est LE MEILLEUR MAKGEOLLI que nous ayons bu du voyage, il est en vente à l’entrée de la cantine. Ne faites pas comme nous et ACHETEZ-LE car on ne peut pas le retrouver ensuite ailleurs. Bon par contre le makgeolli ne se conserve pas plus d’un mois car il continue à fermenter (même dans la soute de l’avion… on a eu plusieurs fuites) donc c’est un cadeau à offrir tout de suite à votre famille et vos amis en revenant.

 

Concernant le makgeolli, Jeonju est une ville qui en produit beaucoup. Il y a même des « restaurants à makgeolli » où on le commande par bouilloire entière et on vous apporte juste des banchan, plus vous commandez de « boulloires » et plus les banchan sont recherchés et meilleurs. Nous avions emprunté à la médiathèque Geonbae, un manwa (soit un… manga – mais manga est un mot japonais !) qui traite du makgeolli, absolument passionnant et avec plein d’adresses mais bon vu que le but est de boire BEAUCOUP d’alcool (et que dans le manwa les personnages sont souvent ivres morts), nous n’avons même pas tenté d’y entrer avec les enfants. Mais je pense que c’est une expérience à faire, venez ensuite me le raconter si vous osez la tenter 😉

Publicités

Une réponse à “Visiter la Corée du Sud en famille – Jeonju

  1. Pingback: Voyager en Corée du Sud avec des enfants… notre itinéraire | La sagesse est au coin de la rue·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s