Visiter Santiago du Chili avec un enfant – Carnet pratique

Troisième article sur le Chili où on visite vraiment le pays avec des réponses aux petites questions logistiques que nous avions en tant que parents de jeunes enfants (4 mois et 5 ans) – réponses que nous n’avions pas trouvées avant d’être sur la route – et les adresses que nous avons trouvées sympas. On commence avec la capitale.

Le voyage en avion

Pour le voyage, les 13 heures d’avion se sont très bien passées (oui c’est possible !), on a quasiment pas entendu nos enfants (heureusement il y avait les enfants des autres pour nous empêcher de dormir :p). L’aîné a regardé des dessins animés puis a dormi et le bébé a dormi, tété, dormi, tété, etc et crié seulement 10 minutes à l’arrivée à Santiago car j’avais perdu sa tétine pendant la nuit et la descente rapide lui faisait mal aux tympans (elle s’est endormie avant la fin de l’atterrissage). Contrairement à ce qu’annonçait tous les sites de parents voyageurs, nous n’avons pas eu de couffin pour la coucher, elle a voyagé littéralement sur moi (j’ai donc super bien dormi comme vous vous en doutez). Voici un article de Mme Oreille sur le voyage avec un bébé, qui est l’article que j’ai trouvé le plus complet dans ceux que j’ai lu.

Santiago du Chili

Contrairement à ce qu’on avait pu lire sur les forums de voyage et les blogs, on a beaucoup aimé Santiago. La ville est déjà dépaysante avec la Cordillère et le quartier (touristique) où nous étions logés (Providencia) était très boisé, ce qui a beaucoup plu à mon mari (qui est un campagnard et déprime au bout de 5 minutes à Paris). Ma soeur y ayant vécu 6 mois, c’est elle qui a sélectionné les restaurants. On s’est régalés partout et on a mangé des choses très diverses, y compris des spécialités du Sud du pays où nous ne sommes pas allés ensuite. Pour les enfants, pas la peine de commander un plat pour eux, les assiettes sont très copieuses, ils peuvent largement piocher dans votre plat. Les Chiliens adorent partager les plats au restaurant, souvent le serveur vous amène quatre couverts même si vous n’avez commandé qu’un seul plat.

Bon à savoir le réseau des bus s’arrête tôt le soir (vers 22h) et le métro aussi. Nous avons donc pris un taxi un soir pour aller chez Gaston Acurio et cela nous a coûté 6€ la course !

 

Pour notre premier hébergement, nous avons choisi sur Booking (tous les hébergements ont été choisi sur Booking, que j’utilise régulièrement – notamment car on ne paye qu’une fois sur place, ce qui me permet de mettre de côté la somme exacte et on peut annuler en cas de changement de programme #précaritémonamour) un appartement avec piscine (la piscine faisant partie des critères obligatoires). Ce qui nous a permis de faire dès le premier après-midi un petit plongeon et de belles photos souvenirs qu’on a toujours plaisir à revoir 7 mois après !

Février à Santiago

On a passé trois jours sur place et on avait prévu un programme light, qui ne l’était pas tant que ça vu qu’on en a fait que la moitié ! On a visité :

  • La Chascona, la maison de Pablo Neruda : la visite est intéressante pour les enfants, il suffit aux parents de lâcher prise sur l’audioguide, qu’on ne pourra pas écouter en entier ! Mais la maison est originale et les pièces ont des petits éléments qui attirent l’attention des enfants au moins 3 minutes. On a pas eu de regret de l’avoir fait (et on a laissé mes parents prendre leur temps).

 

  • le zoo de Santiago : j’avais préparé en amont cette visite avec une chasse aux animaux chiliens depuis le site internet du Zoo (cf l’article sur le carnet de voyage) et bien m’en a pris, ça a rendu notre visite beaucoup plus agréable car on savait à peu près où aller et ce qu’on voulait voir en priorité. En février 2015 l’accès par le téléphérique au zoo était en travaux, mais en fait l’accès à pied depuis le bas du Cerro est très facile, il suffit de marcher 5 minutes (ça monte un petit peu mais rien d’insoutenable). Attention on ne peut pas accéder au zoo depuis le haut du Cerro, les chemins de randonnée étant en réfection lors de notre visite.

On n’a malheureusement pas eu le temps pour le Jardin Mapulemu (jardin des plantes indigènes chiliennes). J’ai beaucoup galéré sur internet à comprendre comment s’y rendre, voici donc le plan le plus clair que j’ai réussi à trouver :

08-plan-de-parc-metropolitain

 

Lors de notre deuxième séjour à Santiago, on a visité

  • le Cerro Santa Lucia, qui a beaucoup plu à notre fils car il y avait plein d’endroits où courir et escalader et moi j’avais le plan d’une Caminata Cerro Santa Lucia – Fundacion Futuro
  • le Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos (consacré au coup d’Etat et à la vie sous la dictature). Comme je le pressentais, le musée n’est pas vraiment adapté aux enfants, même s’il n’y a aucun contenu choquant directement visible. Nous avons croisé d’autres familles avec enfants (toutes françaises d’ailleurs !). Il y a une très belle salle consacrée aux victimes, que j’ai trouvée très émouvante.
Salle d'hommage aux victimes au Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos Source : Cancilleria Ecuador

Salle d’hommage aux victimes au Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos
Source : Cancilleria Ecuador

 

Hôtels testés et approuvés :

Appartement Premium Tour and Lodging Lyon : excellent rapport qualité prix, la chambre était séparée du séjour où dormait notre fils. Seul bémol : pas de volets donc un réveil aux aurores pour notre fils.

Auberge de jeunesse Hostal Rio Amazonas : bien située, on a eu des grandes chambres avec trois lits simples (pas de lits superposés) et on pouvait relier le téléphone à la télé, mon fils a pu regarder ses youtubeurs préférés sur grand écran ! Par contre c’était super bruyant, il ne faut pas oublier ses boules quiès (je n’ai pas dormi la première nuit). Le petit déjeuner était très copieux et original.

 

Restaurants testés et approuvés

 

Sur Patagonico

Parilla de la Patagonie

Parilla de la Patagonie

Comme son nom l’indique c’est un restaurant spécialisé dans la cuisine du sud du Chili. On peut y manger de la viande de pleins de bêtes typiques du sud chilien (cerf, vigogne). La spécialité est la « parilla » (grillades) que vous pouvez ensuite partager à plusieurs. Les serveurs sont aux petits soins avec les enfants (comme un peu partout au Chili de toute façon).

 

Galindo

Assiettes d'olives et fromages, machas a la parmesana (coquillages au parmesan) et au fond la chorillana

Assiettes d’olives et fromages, machas a la parmesana (coquillages au parmesan) et au fond la chorillana

Restaurant en plein milieu de Bellavista, le quartier bohême de Santiago (avec de la musique latino 24/24), c’est un petit restaurant très sympathique. On a eu la chance d’y arriver tôt, car quand on est sortis, il y avait une file d’attente qui faisait tout le tour du bâtiment !!! On y mangé simplement mais copieusement. La spécialité chilienne goûtée là-bas (en plus des énormes jus de fruits frais) : la « chorillana ». C’est vraiment le type de plats typiques du chili, avec des frites, de la viande qu’on met au milieu de la table et hop chacun se sert à la bonne franquette. On en retrouve des déclinaisons appelées « a la pobre » pour tous les types de viande et de poissons, et c’est toujours un succès auprès des enfants.

 

Astrid y Gaston

Trio de cebiches. Le premier est en haut à droite c'est le "classico", reineta (poisson indigène chilien), de la patate douce et des gros grains de choclo. Le second, en haut à gauche, est au calamar, algues, oignons et une sauce à l'aji jaune (piment péruvien). Enfin le dernier est aux fruits de mers (crevette, saint-jacques et huître) et est délicieusement équilibré entre le piquant du piment, le jus de citron et la douceur des fruits de mer.

Trio de cebiches. Le premier est en haut à droite c’est le « classico », reineta (poisson indigène chilien), de la patate douce et des gros grains de choclo. Le second, en haut à gauche, est au calamar, algues, oignons et une sauce à l’aji jaune (piment péruvien). Enfin le dernier est aux fruits de mers (crevette, saint-jacques et huître) et est délicieusement équilibré entre le piquant du piment, le jus de citron et la douceur des fruits de mer.

Ah comment vous parler du chef numéro un de la gastronomie péruvienne… c’est excellent et pas du tout inaccessible pour des européens. Gaston Acurio a fait ses classes au Cordon Bleu à Lyon et y a rencontré Astrid une chef d’origine allemande qui est devenue sa femme. Astrid y Gaston sont une « chaîne » de restaurants chics qu’ils ont ouvert à travers le monde (il y en a un à Lima). C’est bon, c’est fin, on s’est fait plaisir avec mon mari (mais on a laissé les enfants à mes parents !). Les ceviches sont extraordinaires et les desserts (créés par Astrid) toujours fins, inventifs et délicieux. La réservation est conseillée mais est très facile à faire depuis le site internet.

Farandole de desserts. De gauche à droite : un granité d'ananas aux raisins confits, un suspiro limeño (une crème au dulce de leche avec une crème fouettée aromatisée à la framboise), une papaye dans tous ses états (fruit, glace et flan) et le TOP DU TOP une boule de glace au lucuma dans une sphère en chocolat (servi froide et quand le serveur verse le chocolat chaud dessus et ça fait apparaître la glace) accompagné d'une fraise.

Farandole de desserts. De gauche à droite : un granité d’ananas aux raisins confits, un suspiro limeño (une crème au dulce de leche avec une crème fouettée aromatisée à la framboise), une papaye dans tous ses états (fruit, glace et flan) et le TOP DU TOP une boule de glace au lucuma dans une sphère en chocolat (servi froide et quand le serveur verse le chocolat chaud dessus et ça fait apparaître la glace) accompagné d’une fraise.

El Naturista

Au Chili, tout finit par des chansons, des glaces au lucuma

Au Chili, tout finit par des chansons glaces au lucuma

Le dernier jour, on a fait plaisir à ma soeur et on est allés dans un resto végétarien. Santiago est une ville où en on trouve beaucoup. El Naturista est un des plus anciens et il est au coeur du quartier historique, à deux pas de la Plaza de Armas. On y trouve tous les plats typiques du Chili mais sans viande, j’ai mangé un très bon « pastel de choclo » (gratin de maïs) mais on y trouve aussi des salades géantes.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s