Fête des Lumières (4)

Evidemment, une fois arrivés au métro, nous nous sommes rendus compte que tout Lyon avait eu la même idée que nous ! Pour éviter de faire la queue bêtement pour avoir accès aux bouches de métro, nous avons décidé de continuer notre marche en direction de la Part-Dieu jusqu’à trouver une bouche de métro moins bouchée ! Et c’est ainsi qu’après avoir traversé le Rhône, nous nous sommes retrouvés devant la préfecture pour un spectacle vraiment étonnant et prennant. En effet, le spectacle racontait vraiment une histoire, celle d’une fabrique de lumignons enchantés où travaillent des petits lutins jusqu’au jour où une espèce d’horrible créature de l’enfer vient dérober LE lumignon le plus puissant. Un des lutins part alors à la suite de la créature pour récupérer son bien et probablement sauver l’humanité.
Ce spectacle (conçu par Damien Fontaine, dont je vous ai parlé plus haut puisque c’est lui qui conçu également le spectacle des bâtisseurs de cathédrale) était vraiment surprenant dans le sens où les précédents étaient plus des évocations, des jeux graphiques avec la façade. Là, la façade servait de fond et jouait un rôle dynamique dans l’histoire au sens où elle « tremblait » lors de l’attaque de la Créature Infernale, mais elle n’était pas le centre de mire du spectacle, sauf à la fin puisque le lumignon magique permet d’éclairer la façade en une vraie féerie de couleurs ! Une autre utilisation que j’ai trouvé vraiment intéressante est celle des niveaux de la façade… parfois une action se passait au premier étage, tandis qu’une autre se passait au rez de chaussée, comme dans un jeu de plateforme ! Les fenêtres jouaient aussi un grand rôle dans le spectacle car elles étaient des portes d’entrée ou de sortie pour les personnages !
Bref une grosse surprise et la meilleure manière de clôturer nos pérégrinations pour cette Fête des Lumières !

Mais je voudrais clôturer cette série d’articles sur une image particulière, une image émouvante, qui montre le coeur de cette fête. Car un lyonnais vous dira que la Fête des Lumières actuelle n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était, il reste cependant ce coeur de la fête où toute l’authenticité de cette Fête est sensible. Ce sont les petits lumignons mis au bord des fenêtres par les lyonnais eux-même. La coutume veut que l’on mette autant de lumignons qu’il y ait d’âmes dans la maison. Et je dois dire que cette succession de petites lumières au bord des fenêtres, difficilement lisibles dans le tissu de la ville, prend toute son ampleur sur les quais du Rhône et de la Saône et permet de saisir l’essence de la fête.

Une réponse à “Fête des Lumières (4)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s