L’érotisme et la mort : la Scène du Puits (Lascaux)

Même si nous sommes en février, permettez-moi de vous souhaiter une bonne année à tous ! 2010 sera une année éprouvante et pleine de défis pour ma part mais nous y reviendrons dans le courant de l’année.

Aujourd’hui j’aimerais vous proposer une partie (une oeuvre très exactement) de la dissertation que j’ai rédigé pour le concours du patrimoine 2009. Comme je vous l’ai dit, je suis assez satisfaite de cette dissert (notée 9,5 par le jury – cela dit ce que vous allez lire est beaucoup mieux rédigé et documenté que la dissert initiale… l’avantage d’avoir le temps de faire les choses bien !) et tout de suite en sortant de l’épreuve je me suis dit que je tenais une série d’articles de blog fantastique ! Cette série est d’autant plus importante pour moi que je ne pourrais pas passer le concours cette année (j’y reviendrais) voire sûrement plus du tout (du moins en externe). Alors oui bon hein il est possible que certains articles de cette série ne soit pas visible par des enfants mais comme ça vous comprendrez la douleur que j’ai ressenti pendant 1 an à lire des ouvrages sur le sujet dans les transports en commun ! (ça va surtout swinguer sévère dans mes stats Google !)

Le concours pouvait donc porter sur 2 sujets : « l’artiste » ou « l’érotisme ». Le premier étant tombé l’année dernière et connaissant ma poisse, je pressentais fortement que ce serait l’érotisme. BINGO puisque le sujet était (mais vous le savez déjà si vous êtes un lecteur assidu ou si vous avez lu le titre de l’article)

L’érotisme et la mort

En guise d’introduction, je citerais deux penseurs qui ont lié fortement les concepts d’érotisme et de mort dans leur oeuvre :

  • Freud utilise ainsi les concepts d’Eros (signifiant « le désir sexuel » en grec – racine du mot érotisme) et de Thanatos (signifiant « la mort ») comme les deux instincts fondamentaux de l’homme qui compose sa libido et donc le taraude en permanence. Freud oppose ces deux concepts dans un premier temps pour montrer ensuite qu’ils sont indissociables, ne peuvent exister l’un sans l’autre mais surtout répondent à une « tendance commune ». (Au delà du principe de plaisir, 1919).
  • Georges Bataille publie en 1957 un long essai consacré à l’Erotisme. Il est le premier à théoriser ce concept qui connaîtra alors une très longue fortune même si on ne peut considérer son ouvrage comme un ouvrage scientifique, plutôt comme une méditation sur l’idée de l’érotisme. En 1962, dans Les larmes d’Eros, il approfondit sa méditation sur les différentes représentations de l’érotisme et il illustre combien la mort et l’érotisme sont fondamentalement liés l’un à l’autre, dans la même perspective d’interdépendance que décrivait Freud 50 ans plus tôt :
« Le résultat de l’érotisme, envisagé dans la perspective du désir, indépendamment de la naissance possible d’un enfant, c’est une perte, à laquelle répond l’expression paradoxalement valable de « petite mort » »

Dans cette perspective d’une morte liée physiquement, organiquement, à l’érotisme, on peut lire, en suivant Georges Bataille, la Scène du Puits de la Grotte de Lascaux :

scène puits lascaux
18 000 – 15 000 BP (Peter80 sur Wikimedia Commons)

Georges Bataille y voit donc « l’érotisme lié à la mort […] la mort liée au péché, liée à l’exaltation sexuelle, à l’érotisme ! » (Les Larmes d’Eros). La lecture traditionnelle de cette scène par l’Abbé Breuil (premier préhistorien français) est celle d’un accident de chasse : l’homme gît, tué par le bison qu’il avait pourtant blessé auparavant (ses entrailles sortent de son flanc), le poteau et l’oiseau étant la représentation d’un poteau funéraire comme on en trouve chez certaines populations indiennes d’Amérique du Nord. Bataille lui se focalise sur le sexe dressé de l’homme à terre et lit cette scène comme une expiation du meurtre de l’animal : l’excitation sexuelle (l’éros) naît de la mort que l’homme soit mort ou qu’il soit bien vivant et jouisse d’avoir tué l’animal.

Cette lecture érotique est entérinée au même moment par la nouvelle grille d’interprétation de l’art préhistorique que met au point l’ethnologue André Leroi-Gourhan. Il réalise ainsi des tableaux de comparaison de toutes les figures et signes gravées ou peints sur les parois des grottes préhistoriques. Selon cette lecture, il ne s’agit pas des entrailles du bison mais d’un idéogramme représentant une vulve : le bison est une femelle qui s’apprête à chevaucher l’homme, couché dans l’attente de l’acte sexuel, le javelot n’étant pas à lire au sens littéral mais comme un symbole de l’érection.

Il est bien évidemment impossible de trancher entre toutes ces interprétations. Mais il est intéressant de noter que pour chacune d’entre elles, la représentation de l’érotisme et de la mort sont liés l’une à l’autre. Bien plus, l’imbrication de ces deux notions à Lascaux est particulièrement parlante pour une réflexion sur l’histoire de l’art, puisque pour Georges Bataille Lascaux est tout simplement le lieu de la naissance de l’art. Comment donc l’articulation entre les notions d’érotisme et de mort peut nous permettre de comprendre l’évolution de l’art à travers les époques ?

Je m’efforcerais dans les épisodes suivants d’y répondre par l’intermédiaire de ces deux interrogations :

La représentation de la mort est-elle érotique ?
L’érotisme lui-même est-il immortel ?

Sources :

Retrouvez le récapitulatif des autres articles de cette série en cliquant sur le lien de la page L’érotisme et la mort dans le bandeau en haut à droite.

Une réponse à “L’érotisme et la mort : la Scène du Puits (Lascaux)

  1. Pingback: L’érotisme et la mort : La jeune-fille et la mort (Renaissance) | La sagesse est au coin de la rue·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s