Von Berlin, hat man mehr : Zehlendorf

Après donc cet été fort studieux (ou pas parfois), je vais revenir en une série que j’espère brève sur les divers voyages que j’ai effectué, ponctuée ça et là d’autres choses parce que de toute façon on en a jusqu’à la Noël. Première étape : Berlin où je suis allée visiter à nouveau ma cousine Lodi.

Mon premier séjour dans la capitale allemande avait été vraiment trop bref (quelques heures entre deux avions pour – rappellez-vous – une histoire de visas pour les JMJ), là j’ai pu approfondir et découvrir encore mieux la jolie Berlin (où « on en a plus » selon ma traduction pas du tout approximative du slogan de l’office de tourisme). Je suis arrivée à Berlin en milieu d’après-midi un dimanche, et ma première mission était d’aller retrouver Lodi qui avait une réunion scoute (oui enfin comme elle passe 90% de son emploi du temps chez les scouts, ce n’était pas très étonnant).

Je suis donc partie à la rencontre du quartier de Zelhendorf, qui est tellement loin du vrai Berlin que ce n’était même pas sur le plan de mon super guide (Collection Top 10 « Voir », Hachette, la meilleure collection du monde). Et en plus la rue pour y aller est en colimaçon, en gros elle tourne sur elle-même et arrivé au bout, on est obligé de faire demi-tour, j’avais jamais vu ça de ma vie, ils sont fous ces germains. Donc Zelhendorf, si j’ai bien compris, ça faisait pas vraiment partie de Berlin avant 2001, c’était un village indépendant dont le nom désignerait un campement slave du 7ème siècle (ahah Lodi tu es démasquée !). Ayant été dans la partie occupée par les américains après la Deuxième Guerre Mondiale, Zehlendorf ressemble effectivement à une banlieue américaine (ou canadienne, ou australienne) : de grandes rues droites avec des larges trottoirs séparés de la route et de grands terrains qui donnent sur la rue avec de grandes maisons. Beaucoup d’arbres.

rue zehlendorf
Une photo diffusée par Create Berlin

Les consignes de Lodi avaient été claires : quand tu sors de la station de S-bahn (l’équivalent du RER), tu tournes à gauche et surtout TU NE PASSES PAS DEVANT LE BURGER KING. Evidemment, évidemment, moi j’ai tourné à droite et je suis passée devant le Burger King sans le remarquer (enfin si je m’en suis rendue compte 3h après quand j’ai décrit mon trajet à Lodi !). J’ai cherché ensuite l’arrêt du bus que je devais prendre pour me rendre compte que ledit bus arrivait sur la voie d’en face ! J’ai alors couru couru couru avec ma valise pour traverser à un passage clouté (non mais je suis en Allemagne, je respecte les us et coutumes) et attraper mon bus et c’est rouge comme une pivoine et complètement à bout de souffle que j’ai expliqué au chauffeur que j’allais à tel arrêt et que je venais de la station de S-bahn en lui secouant mon billet devant les yeux pour qu’il me dise ce que je devais en faire. Il m’a juste dit « ya ya » et j’ai bien senti qu’il me prenait un peu pour une grosse neuneu mais je ne voulais vraiment pas qu’il croit que je suis une horrible petite française qui fraude les règles des gentils transports en commun allemands. La classe internationale c’est qu’au retour avec Lodi, nous sommes tombées sur le même chauffeur de bus… qui m’a reconnue ! Et a commencé à me taper la causette en allemand (alors que je ne lui avais parlé qu’en anglais) à la plus grande surprise de Lodi que l’aventure a fort enjouée.

3 réponses à “Von Berlin, hat man mehr : Zehlendorf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s